Fabriquer de l’encaustique neutre
(en anglais : medium)

Remerciements

Je désire remercier David A. Clark, artiste visuel professionnel qui travaille principalement avec l’encaustique. Il a généreusement accepté de réviser ce texte. Ses corrections et suggestions ont été grandement appréciées. Toute erreur est cependant ma seule responsabilité. On peut admirer le travail de David A. Clark sur son site.

C'est par l'entremise du groupe Facebook Encaustic que j'ai pu prendre contact avec David A. Clark. Ce groupe fermé s'adresse aux artistes qui travaillent avec ce médium. C'est par l'artiste Joanne Mattera que j'ai connu l'existence de ce groupe, et l'artiste Edith Rae Brown m'a invitée à m'y joindre.

Making encaustic medium
(in French: Encaustique neutre)

Acknowledgements

I want to give thanks to David A. Clark, a professional fine visual artist working principally in encaustic. He has generously accepted to revise the French text. His corrections and suggestions have been greatly appreciated. However, all mistakes are my sole responsibility. David A. Clark’s work can be admired on his site.

Through my participation with the "Encaustic group on Facebook", I was able to contact David A. Clark. This closed group is for artists who works with this medium. It is from artist Joanne Mattera that I learned of this group, and I received a special invitation from artist Edith Rae Brown.

Art et encaustique

L’encaustique est une matière composée de cire d’abeille à laquelle on ajoute de la résine dammar (sève d’un arbre d’Asie) et, si désiré, des pigments colorants. Elle doit être fixée à l’aide d’outils produisant de la chaleur: le mot encaustique vient du grec enkausticos : faire brûler.

L’encaustique est utilisée dans les arts depuis très longtemps : plus de 1000 peintures à l’encaustique datant d’au moins 2000 ans existent encore aujourd’hui. Principalement réalisées par les Grecs et les Égyptiens et connues sous le nom de « Portraits du Fayoum » elles peuvent être admirées entre autres au Musée du Louvre à Paris et au Metropolitan Museum of Art à New York.

L’encaustique a été redécouverte au début du XXe siècle et utilisée, notamment, par le peintre mexicain Diego Rivera. Le peintre états-unien Jasper Johns a commencé à son tour à se servir de l’encaustique dans les années 50. C’est depuis une vingtaine d’années cependant, et surtout aux États-Unis que plusieurs méthodes et procédés pour son emploi ont été développés.

Les États-Uniens nomment « medium » le mélange de cire et de résine qui forment le liant pour peindre à l’encaustique. En français, on pourrait employer le terme « médium », très proche du terme anglais. Cependant, Vincent Deshaies de Kama Pigments, une compagnie québécoise qui produit de la peinture encaustique depuis 1996, et, sauf erreur, la seule compagnie francophone produisant de l’encaustique à ce jour, préfère nommer ce produit « encaustique neutre » puisque, contrairement au médium utilisé dans la peinture à l’huile, il ne modifie pas les caractéristiques et le temps de séchage de la peinture. Il est dit « neutre » parce qu’il n’est pas coloré. (Kama Pigments. Date de consultation : 2014.07)

Aujourd’hui, cette matière est employée comme médium dans plusieurs formes d’œuvres dont la peintures, les impressions et monotypes sur papier, les techniques mixtes, la sculpture, les installations et bien d'autres.

Art and encaustic

Encaustic is made from a base of beeswax and added dammar resin (sap of an East Asian tree) and, if desired, coloured pigments. It must be fixed with heating tools: the word encaustic comes from the Greek enkausticos meaning “to burn”.

Encaustic has been used in arts for a very long time. There are over 1,000 works of encaustic art, mainly by Greeks and Egyptians, dating back more than 2000 years. Know as the “Fayoum Portraits” they can be admired at the Musée du Louvre in Paris, and at the Metropolitan Museum of Art in New York, among others.

Encaustic was rediscovered in the early twentieth century and used, in particular, by the Mexican painter Diego Revera. The American painter Jasper Johns began in turn to use encaustic in the 50s. And more recently, over the past twenty years, especially in the United States, many methods and procedures for its use of encaustic have been developed.

The Americans call "medium" the mixture of wax and resin that form the binder used to paint in encaustic. In French, we could use the term "médium", very close to the English word; however, Vincent Deshaies of Kama Pigments, a Quebec company that produces encaustic painting since 1996, and, I believe, the only French speaking company producing encaustic to date, prefers to call it encaustique neutre (neutral encaustic) since, unlike the medium used in oil painting, it does not change the characteristics and the drying time of the paint. It is call "neutral" because it is not colored. (Kama Pigments. Accessed: 2014.07)

Today, this material is use across many forms of art including painting, printing and monotypes on paper, mix media, sculptures, installations, and much more.

Quelques particularités de l'encaustique

Durabilité et soins

« Ces peintures traversent très bien l’épreuve du temps, mais comme toute œuvre d’art, on doit en prendre soin. On ne doit pas craindre qu’elles fondent dans des conditions normales : la cire et la résine ne fondront pas à moins qu’elles soient exposées à des températures de plus de 65 degrés Celsius (150 degrés Fahrenheit). Il est déconseillé de laisser ces œuvres dans une voiture alors qu’il fait chaud ou de les suspendre devant une fenêtre exposée au soleil direct. Elles sont aussi vulnérables au gel.

Avec le temps, un effet de nuage (bloom) peut se former. Si la peinture devient terne, simplement polir sa surface avec un linge doux. Graduellement, la peinture conservera de mieux en mieux son lustre, car le processus de vieillissement et de durcissement de l’encaustique se poursuit durant une période de un à trois ans. » (The Encaustic Art Institute. Date de consultation : 2013.09.04, traduction L.N.)

Normes de sécurité

Pour travailler avec l’encaustique, des outils produisant une chaleur importante sont utilisés. La cire, la résine et certains pigments peuvent émettre des fumées nocives s'ils sont chauffés à une chaleur trop élevée.

Quelques aspects concernant l’usage sécuritaire de l’encaustique seront abordés dans ce texte, cependant j'encourage fortement les personnes désireuses de l’utiliser à se procurer toute l’information nécessaire, et à respecter les normes de sécurité.

Some encaustic specificity

Archival quality and care

“These paintings are extremely archival, but as with any fine art, care should be given to them. There should be no fear of the work melting in normal household conditions. The wax and resin will not melt unless exposed to temperatures over 150 degrees Fahrenheit (65 degrees Celsius). Leaving a painting in a car on a hot day would not be advisable or hanging a painting in front of a window with direct sun. They are also sensitive to freezing cold temperatures.

Some encaustic colors tend to “bloom” or become cloudy over time. If your painting appears indistinct, simply rub the surface with a soft cloth. Over time the surface retains its gloss as encaustic continues to cure and harden for up to 1-3 years. (The Encaustic Art Institute. Accessed: 2013.09.04)

Security rules

To work with encaustic, tools producing important heat are use. Wax, resin, and some pigments can emit harmful smokes if heated at extreme temperatures.

Note that a few points related to the secure use of encaustic have been described in this document, but I strongly encourage any one interested in using encaustic to fully understand the medium, and to respect associated security rules.

Information disponible
sur l’usage de l’encaustique
dans la réalisation d’une œuvre d’art

Quelques livres ont été écrits par des artistes professionnels spécialistes de ce médium. Il existe aussi de nombreux sites et vidéos sur l’Internet décrivant cette technique et les manières de l’utiliser. Cependant, la très grande majorité de ces outils sont en anglais. Jusqu’ici, j’en ai trouvé très peu en français.

C’est pourquoi j’offre ici un lieu permettant aux francophones de s’informer sur cette technique : il s’agit d’informations de base qui ne remplaceront jamais une formation spécialisée avec un professeur expérimenté. Je ne traiterai pas de la théorie de la couleur, de la perspective, de la composition… Pour utiliser cette technique dans le but de réaliser une œuvre d’art, on devrait rechercher ces formations essentielles auprès de ressources compétentes.

Ce premier texte traite de la fabrication de l’encaustique neutre que les anglophones nomment medium. Ce produit est la matière de base utilisée par les artistes qui travaillent avec l’encaustique. Certaines compagnies comme R&F Handmade Paints, Evans Encaustics, Encaustikos Wax Art Supplies, Miles Conrad Encaustics, aux États-Unis, et Kama Pigments, au Canada, fabriquent et vendent ce produit. Cependant, les artistes peuvent le confectionner eux-mêmes, et beaucoup le font.

Available information
about the use of encaustic
in the making of art

Below find my recommendations for additional encaustic resources, and a few comments on the French document.

Books

Mattera, Joanne. 2001. The Art of Encaustic Painting: Contemporary Expression in the Ancient Medium of Pigmented Wax. Watson-Guptill Publications, New York, 144 pp.

Rankin, Lisa. 2010. Encaustic Art. The Complete Guide to Creating Fine Art with Wax. Watson-Guptill Publications, New York, 240 pp.

Seggebruch, Patricia Baldwin. 2009. Encaustic Workshop: Artistic Techniques for Working with Wax. North Light Books, Cincinnati, Ohio, 127 pp.

Woolf, Daniella. 2010. Encaustic with a Textile Sensibility. Waxi Buildup Press, Santa Cruz, California, 108 pp.

Video

Peters, Jon. 2012. Encaustic Workshop Part One: How to Make Encaustic Medium and Color.

A few comments on the method used in the French text

In this text explaining how to make encaustic medium, I used Richard Frumess (R&F Encaustics) ratio: “Re the ratio of wax to resin, there is no absolute rule or "perfect" ratio. The 8:1 ratio will be a little softer and will not buff to as high a polish as our 9:2 ratio. But it can be melted at a slightly lower temperature.” (E-mail from R. F. to L. N., 2013.08.12)

To make encaustic medium, it is important to weight the ingredients instead of measuring them because the dammar resin can be denser than the wax. The Imperial System (ounces – pounds) can be use to weight the ingredients but, since there are 28.345 g in an ounce, there is much more precision in using the Metric System (grams – kilo).

Jon Peters method of starting to make encaustic medium by melting a smaller quantity of wax than necessary, to facilitate the manipulation of the hot liquids, has been use in this text. (Accessed: 2014.07)



Fabriquer de l’encaustique neutre


Introduction

En théorie, deux ingrédients seulement sont essentiels à l’usage de l’encaustique dans les arts, la cire et la chaleur. On pourrait donc produire une œuvre avec seulement de la cire, pigmentée ou non, fixée à un support à l’aide d’outils produisant de la chaleur.

Il est toutefois préférable d’ajouter de la résine dammar à la cire afin de procurer à cette dernière certaines qualités. Lorsqu’on ajoute de la résine à la cire, on obtient de l’encaustique neutre. À noter qu’une trop grande quantité de dammar rend la cire friable (Rankin, 2010, p. 32), c’est pourquoi il est important de respecter certaines proportions.

Qualités de l'encaustique neutre

  • Dureté : la résine rend la cire plus dure. Lorsqu’elle sera complètement mature (de plusieurs mois à un à trois ans, selon les conditions atmosphériques de l’endroit où l’œuvre est conservée), l’encaustique atteindra une assez grande dureté.
  • Réduction de l’effet de nuage (bloom) : les hydrates de carbone insaturés contenus dans la cire ont tendance à remonter et à produire un léger nuage poudreux sur la surface de l’œuvre. Avec l’encaustique, cet effet est moins prononcé parce que la résine contient des hydrates de carbone saturés (Rankin, 2010, p. 31-32). S’il y a lieu, ce nuage peut être retiré, autant pour la cire que pour l’encaustique, en polissant la surface avec un linge doux. Cet effet est moins prononcé sur les couleurs claires, et diminue lorsque l’encaustique est complètement mature.
  • Brillance : l’encaustique polie sera plus luisante et plus brillante que la cire, le polissage augmente ainsi l’effet de transparence.
  • Résistance à la chaleur : le point de fusion de la résine est plus élevé que celui de la cire. La combinaison de cire et de résine est donc plus résistante à la chaleur que la cire seule.
  • Résistance à la poussière : la cire employée seule attire la poussière qui colle sur celle-ci. L’encaustique la repousse et la poussière y colle beaucoup moins.

Définition

Encaustique neutre : mélange de cire et de résine dammar qui forment le liant. Ce liant peut être utilisé seul. On peut aussi y ajouter des matières (pigments secs, peinture à l’huile) pour le colorer. Certains peintres ne travaillent qu’avec l’encaustique neutre. Beaucoup utilisent cependant une encaustique colorée, soit celle qu’ils préparent eux-mêmes à partir de l’encaustique neutre, soit l’une de celles qui sont produites commercialement.

Ingrédients

Cires

Différentes cires peuvent être utilisées pour faire de l’encaustique. La principale est la cire d’abeille (cire naturelle). Les cires carnaúba (cire naturelle issue des feuilles d’un palmier du Brésil), de candelilla (ou candelina) (cire naturelle issue d’un arbuste du Nouveau-Mexique), microcristalline (cire synthétique dérivée du pétrole), et la paraffine (cire synthétique dérivée du pétrole) peuvent remplacer une partie de la cire d’abeille (Mattera, 2001, p. 94). Il y a généralement une plus grande proportion de cire d’abeille. Elles sont rarement utilisées seules (Rankin, 2010, pp. 29-30).

Il faut aussi mentionner la cire de soya, une cire naturelle qui est utilisée uniquement pour le nettoyage des pinceaux, car elle n’est pas suffisamment résistante pour produire de l’encaustique.

À noter que dans ce texte relatif à la fabrication de l’encaustique neutre, seule la cire d’abeille sera utilisée. Cela ne veut pas dire que l’ajout d’autres cires ne pourrait pas répondre aux besoins de certains artistes.

Cire d’abeille

« La cire d’abeille est la cire […] sécrétée par les abeilles à miel, qu’elles utilisent pour construire les rayons à miel. [… Elle] est récupérée par fusion par les apiculteurs. [… Elle est] utilisée par les industries pour faire des produits de beauté comme les crèmes, les lotions, les onguents et les rouges à lèvres. [… Elle sert] à la fabrication de médicaments, de chandelles et parfois à l’imperméabilisation et au traitement d’entretien de certains matériaux comme le bois, le cuir et même le métal. Elle est aussi autorisée comme additif alimentaire. Ses propriétés hydrophobes et antibactériennes en faisaient l’un des principaux ingrédients de la momification par les embaumeurs de l’Égypte de l’Antiquité. » (Cire d’abeille. Date de consultation : 2014.07)

Variétés : la cire d’abeille peut être naturelle, blanchie ou filtrée.
  • La cire naturelle a une teinte jaune-ocre plus ou moins foncée. Cette couleur est formée par les multiples débris (pollen, insectes…) qu’on y trouve naturellement. « La cire d’abeille est d’un blanc clair lorsqu’elle est sécrétée, mais elle devient rapidement dorée parce que des milliers d’abeilles survolent les rayons lorsqu’elles entrent et sortent de la ruche chaque jour. Plus la cire demeure dans la ruche, plus elle devient foncée. Même la cire jaune-ocre doit être légèrement traitée pour enlever la propolis (résine végétale), l’humidité et les saletés. » (Mattera, 2001, p. 91, traduction L. N.)
    • À noter que ces débris peuvent s’oxyder et changer de couleur lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Alors, si l’on travaille avec cette cire, il faut s’attendre à ce que les couleurs se modifient avec le temps.
    • Il faut aussi prévoir que la couleur de cette cire influencera la couleur des pigments qui seront ajoutés.
  • La cire blanchie est d’un ivoire plus ou moins pâle. Le blanchiment est un processus chimique qui oxyde les débris contenus dans la cire. « Le blanchiment chimique rend la cire blanche par oxydation. L’acide phosphorique et le permanganate de potassium décolorent les produits qui colorent la cire sans les retirer. Si la cire n’est pas suffisamment blanche après le traitement, on utilise du peroxyde d’hydrogène pour la décolorer. “Le blanchiment chimique est un processus très efficace pour blanchir les cires brutes utilisées pour l’industrie, mais pour les artistes, cela peut altérer la cire”, dit Dilsizian.
    • La cire peut redevenir jaune, car les produits qui la colorent n’ont pas été retirés.
    • Des traces résiduelles de produits chimiques peuvent altérer la couleur des pigments qui seront ajoutés.
    • La structure de la cire peut s’affaiblir, et devenir plus cassante. » (Idem)
    • De plus, les produits chimiques utilisés pourraient être nocifs lorsqu’ils sont chauffés.
  • La cire filtrée est d’un ivoire plus ou moins pâle. Cette couleur est la couleur naturelle de la cire, une fois qu’elle a été débarrassée des débris qu’elle contient. Le filtrage se fait mécaniquement, en coulant la cire à travers du charbon de bois et d’autres types de filtres. « Le raffinage mécanique rend à la cire son état naturel en retirant le pollen et la propolis. […] Le processus est peu complexe, non toxique et non nuisible à l’environnement. » (Idem)
    • Cette cire s’oxydera beaucoup moins lors de l’exposition à la lumière.
    • La couleur de cette cire influencera peu la couleur des pigments qui seront ajoutés.
Il est recommandé d’utiliser la cire qui est filtrée mécaniquement, car la cire blanchie chimiquement peut contenir des produits qui sont nocifs si on les chauffe; elle peut jaunir de nouveau avec le temps puisque les matières qui la contaminent ont seulement été oxydées, elles n’ont pas été retirées. (Dilsizian, dans Rankin, 2010, p. 29)

Qualité : il existe des cires d’abeille de qualité pharmaceutique ou cosmétique. Les producteurs de ces types de cire doivent respecter certaines normes de production. La cire doit entre autres être filtrée de manière mécanique.

Présentation : la cire se présente en pains plus ou moins gros, ou en particules :
  • Éviter les pains de plusieurs livres (20 – 25 livres), car il faudra les briser pour faire fondre la cire.
  • Préférer les pains de 500gr (1 livre) qui fondent plus vite.
  • La cire en particules fond encore plus vite, mais est plus couteuse.
Point de fusion : le point de fusion de la cire d’abeille se situe entre 62° et 64 °C (144 à 147 °F). Le point d’éclair, ou point auquel la cire d’abeille s’enflamme, est de 204.4 °C (400 °F). (Beeswax. Date de consultation : 2014.07) Une cire chauffée à une température trop élevée jaunira.

Résine dammar

La résine dammar est la sève d’un arbre d’Indonésie (Famille : Diptérocarpacées. Genres : Shorea, Hopea, Dipterocarpus). (Dammar gum. Date de consultation : 2014.07)

Ne pas confondre résine dammar et vernis dammar. Ce dernier, utilisé pour la peinture à l’huile, contient de la térébenthine. Il faut éviter absolument les recettes qui utilisent du vernis dammar, de la térébenthine ou tout autre solvant, car ils sont extrêmement toxiques lorsqu’exposés à la chaleur.

Contaminants : lorsqu’on achète cette résine, elle se présente en cristaux plus ou moins gros qui contiennent non seulement de la sève, mais aussi des morceaux d’écorce et d’autres débris…
  • Avant d’être utilisée pour confectionner de l’encaustique neutre, la résine doit être filtrée pour retirer ces contaminants.
  • Certaines personnes accélèrent la fonte de la résine en brisant préalablement les gros cristaux en petits morceaux, ou en les réduisant en poudre. Cependant, l’inhalation de cette poussière peut causer des allergies. On peut aussi user de patience et laisser la résine fondre tranquillement, ce qui n’est pas beaucoup plus long et moins compliqué.
Point de fusion : le point de fusion de la résine dammar est d’environ 104 — 120 °C (220 — 248 °F), c’est à dire presque le double de celui de la cire d’abeille. En ce sens, elle nécessite une température plus élevée que la cire pour fondre. À noter qu’une résine chauffée à une température trop élevée jaunira.

Proportions

Dans les livres et sur Internet, on trouve différentes recettes d’encaustique neutre. La majorité ne requiert que deux ingrédients : la cire d’abeille et la résine dammar. Seules les proportions changent.

À noter que les auteurs de certains livres datant du début du 20e siècle suggèrent parfois d’ajouter des solvants tels la térébenthine ou le vernis dammar à l’encaustique. Les solvants, lorsque chauffés, sont très dangereux pour la santé. Ils ne doivent absolument pas être utilisés avec l’encaustique puisque celle-ci, par définition, est chauffée.

Quelques exemples de proportion

Richard Frumess (R&F Handmade Paints), qui fabrique de l’encaustique depuis 1988, utilise un ratio de 9:2. Selon lui, il n’y a pas de règle absolue ou « parfaite » relativement au ratio cire/résine. « Le ratio 8:1 sera un peu plus mou et n’atteindra pas un éclat aussi grand une fois poli que notre ratio 9:2. Mais il peut fondre à une température un peu plus faible. » (Courriel de R. F. à L. N., 2013.08.12, traduction : L. N.)

Vincent Deshaies (Kama Pigments), qui fabrique de la peinture à Montréal depuis 1996, utilise le ratio 7:1.

Hylla Evans (Evans Encaustics) préfère un ratio de 5:1, mais peut préparer le ratio 6:1 si un artiste le préfère. (Courriel de H. E. à L. N., 2014.08.14, traduction L. N.)

Kathryn Bevier (Enkaustikos Wax Art Supplies) explique que sa compagnie produit trois sortes d’encaustique neutre. Les deux premiers, l’original fait avec de la cire blanchie et celui fait avec de la cire non blanchie ont tous deux un ratio de 6:1 alors que le troisième, le XD Wax Medium, a un ratio de 1:1 (ce dernier, beaucoup plus dur, est surtout utilisé comme couche de finition). (Courriel de K. B. à L. N., 2014.07.08, traduction L. N.)

Miles Conrad (Miles Conrad Encaustics) offre deux ratios : 5:1 et 8:1.

Joanne Mattera, dans son livre The Art of Encaustic Painting, suggère le ratio 8:1 (Mattera, 2001, p. 95).

Lissa Rankin, dans son livre Encaustic Art, the Complete Guide to Creating Fine Art with Wax, cite Rodney Thompson qui utilise un ratio de 9:2, et Matt Klein qui utilise un ratio de 10:2 (2010, p. 32-34).

Dans tous les cas, la méthode pour fabriquer l’encaustique neutre est semblable, quelles que soient les proportions de cire et de résine choisies.

Fabrication de l’encaustique neutre : raisons pour fabriquer soi-même l’encaustique neutre, proportions choisies, sécurité, matériaux nécessaires, préparation, niveaux de température recommandés, méthode utilisée, démoulage, conservation, vidéo

Raisons pour fabriquer soi-même l'encaustique neutre

La principale raison pour fabriquer soi-même l’encaustique neutre est l’économie. Celle offerte dans le commerce est excellente, mais elle coûte plus cher. Une autre raison est la possibilité de réaliser une recette avec des proportions conformes aux besoins de l’artiste. Enfin, l’expérience n’est pas à négliger, car en fabriquant son encaustique neutre, l’artiste apprend sur ses caractéristiques et sur le processus.

Proportions choisies

La recette choisie pour ce texte est celle de Richard Frumess (R&F Encaustic) :
  • 9 parties de cire d’abeille blanche, de qualité pharmaceutique, en particules.
  • 2 parties de résine dammar.
Il est important de peser les ingrédients au lieu de les mesurer, car le dammar en morceaux ou moulu pourrait être plus dense que les blocs ou les particules de cire.

Pour peser les ingrédients, on peut utiliser le système impérial (onces – livres) ou le système métrique (grammes – kilogrammes). Cependant, comme il y a 28.345 g dans une once, on obtient beaucoup plus de précision en utilisant le système métrique.

Le moule choisi pour ce texte est une tôle en métal qui mesure 33 cm [13 pouces] de long, 24 cm [9.5 pouces] de large et 3 cm [1 1/8 pouces] de haut. Sachant que ce moule a une capacité d’environ un kilo d’encaustique, les quantités utilisées ici permettent d’obtenir ce kilo.
  • 91 g de cire x 9 parties = 819 g
  • 91 g de dammar x 2 parties = 182 g
  • Total : 182 g + 819g = 1001 g (1.1K) d’encaustique neutre
Les premières fois que l’on fabrique de l’encaustique neutre, il est préférable de ne pas en faire une trop grande quantité. Il est important d’essayer l’encaustique que l’on a produite afin de s’assurer que les proportions de cire et de dammar utilisées répondent à nos attentes et à nos besoins. Par la suite, on produit la quantité désirée avec les proportions que l’on préfère. Certains artistes utilisent différentes proportions selon l’utilisation qu’ils en font.

Si nécessaire, il est facile d’ajouter de la cire à l’encaustique neutre, puisqu’elle fond rapidement et qu’elle n’a pas besoin d’être filtrée. Il est plus compliqué d’ajouter de la résine.

Sécurité

Fabriquer de l’encaustique neutre n’est pas compliqué ou dangereux : comme lorsqu’on fait la cuisine, il suffit d’user de précautions élémentaires.

Toxicité

La cire d’abeille et la résine dammar ne sont pas toxiques à l’état solide, et on peut les manipuler à mains nues.

Chaleur

  • Lorsqu’on chauffe la cire et la résine à une température suffisante pour les faire fondre, les fumées dégagées peuvent être irritantes pour certaines personnes plus sensibles. On peut travailler dehors, à la condition que le vent ne pousse pas les vapeurs vers soi, ou à l’intérieur. Dans ce dernier cas, il faut avoir un système de ventilation adéquat. (R&F Handmade Paints. Date de consultation : 2014.07)
  • Lorsqu’on les chauffe à une température plus élevée que celle nécessaire à la fonte, les fumées dégagées par la cire et la résine peuvent devenir toxiques. Pour fabriquer de l’encaustique neutre comme pour peindre à l’encaustique, il n’est absolument pas nécessaire d’utiliser une température plus élevée que celle nécessaire à la fonte.
  • Tout produit que l’on fait chauffer, si l’on atteint son point de fusion, peut devenir inflammable et causer des brûlures importantes. Pour faire de l’encaustique, il est préférable de ne pas travailler directement sur l’élément d’une cuisinière. Il vaut mieux utiliser un bain-marie ou un récipient électrique et surveiller étroitement la température.
Si l’on ne chauffe pas plus que nécessaire, il n’y a pas de danger de feu durant la préparation de l’encaustique. Par précaution, on peut conserver une serviette mouillée ou un extincteur près du plan de travail. En cas de feu, ne pas jeter d’eau sur le feu, les produits enflammés seraient projetés tout autour et pourraient causer des blessures importantes. Couvrir plutôt avec une serviette mouillée. Prendre le temps de regarder cette courte vidéo. (Date de consultation : 2014.07)

Poussière

Les sacs de résine dammar contiennent des cristaux plus ou moins gros et de la fine poussière, probablement produite par le frottement des cristaux durant le transport. L’inhalation de celle-ci peut causer des allergies. (Dammar gum. Date de consultation : 2014.07) Il est préférable de porter un masque surtout si l’on choisit de réduire les cristaux en poudre.

Matériaux nécessaires

  • Cire d’abeille blanchie mécaniquement et de qualité pharmaceutique en pain de 500gr (1 livre) ou en pastilles.
  • Résine dammar (si l’on veut briser les cristaux de résine on aura besoin d’un sac de plastique, d’un linge épais, d’un marteau, ou d’un mortier et d’un pilon; si l’on veut les moudre, on aura besoin d’un moulin à café ou autre…).
  • Balance : il est préférable d’utiliser une balance munie du système métrique (grammes – kilogrammes) (voir plus haut).
  • Récipient électrique (poêle électrique antiadhésive ou Crock Pot) muni d’un thermostat et d’un couvercle. Ce récipient ne pourra plus jamais être utilisé pour la cuisine. Éviter les récipients de fer : « La cire entreposée ou chauffée dans des récipients de fer prend la couleur du fer. Ce changement chimique causé par le fer n’endommagera pas la cire, mais la couleur ne pourra être retirée » (Mattera, 2001, p. 93).
    • Les poêles antiadhésives électriques offrent une large surface de chaleur. La fonte des ingrédients s’en trouve facilitée.
    • Certains utilisent aussi un récipient plus profond de type Crock Pot.
    • Le récipient choisi doit être muni d’un thermostat.
      • Il est important de respecter les niveaux de température recommandés (voir plus bas) à la fois pour se protéger des effets potentiellement toxiques des fumées et pour empêcher l’encaustique de trop chauffer, ce qui pourrait la rendre plus friable et la faire jaunir.
      • Vérifier la température indiquée par le thermostat, car certains ne sont pas très justes. Pour ce faire, avant d’utiliser la poêle ou le Crock Pot, y faire bouillir de l’eau et comparer la température du thermostat avec celle d’un thermomètre. Noter la différence pour s’y référer lorsqu’on fera l’encaustique.
    • Un couvercle permet de conserver la chaleur et d’accélérer la fonte des produits.
  • Spatule de silicone. Pour ne pas endommager la poêle et parce que la cire et l’encaustique se détachent plus facilement de ce type d’outil. Cet outil ne pourra plus jamais être utilisé pour la cuisine.
  • Deux filtres de papier. On peut se procurer ces filtres dans les magasins spécialisés pour la peinture.
    • Ils existent en trois degrés de filtration : fin, moyen, grossier. Choisir les filtres fins.
    • On peut aussi utiliser plusieurs épaisseurs de gaze.
    • Ces filtres retiennent une grande partie des impuretés, cependant ils ne sont pas aussi efficaces que les filtres utilisés par les compagnies qui produisent de l’encaustique en grande quantité. Une fois que l’encaustique aura refroidi, si l’on observe des impuretés, gratter avec un couteau pour les retirer. Elles seront dans la surface inférieure de l’encaustique.
  • Deux récipients de plastique réutilisables pour recevoir le liquide qui sera filtré deux fois. Ils ne pourront plus être utilisés pour la cuisine.
  • Des moules de différents types. Ces moules ne pourront plus jamais être utilisés pour la cuisine.
    • Choix de matériaux pour les moules :
      • Silicone : plus chers, mais se démoulent facilement.
      • Métal : moins chers (on en trouve dans les magasins de seconde main), mais pour qu’ils se démoulent facilement, on doit y mettre du papier parchemin avant de verser l’encaustique, ou bien les mettre une heure au congélateur après les avoir remplis.
    • Grandeur :
      • Certains utilisent plusieurs petits moules de type moules à muffins.
      • D’autres utilisent une tôle en métal. À noter que l’encaustique à la température de la pièce est dure et difficile à couper. Si l’on utilise un seul grand moule, lorsque l’encaustique est à demi figée, tracer avec un couteau des lignes séparant l’encaustique en morceaux de la grandeur désirée. Ils seront ainsi plus faciles à casser lorsque l’encaustique aura refroidi.

Préparation

  1. Prévoir au moins une heure pour faire environ un kilo d’encaustique neutre. Pour de plus grandes quantités, la résine pourrait être plus longue à fondre. Il est préférable de prendre son temps et de fabriquer l’encaustique lentement à une température moins élevée. L’encaustique qui est fabriquée à une température plus élevée sera de teinte plus jaunâtre.
  2. Choisir un endroit bien aéré, mais à l’abri du vent ou des courants d’air, car le vent refroidit les produits que l’on tente de faire fondre. De plus, les fines particules de dammar sont très volatiles.
  3. Protéger la surface de travail avec du papier parchemin. La cire et l’encaustique fondues que l’on pourrait renverser seront alors faciles à décoller.
  4. Si on le désire, briser ou moudre la résine dammar.
    • Briser les cristaux de résine produit de la poussière. Il est donc préférable de porter un masque, et plus simple de travailler dehors. Utiliser un marteau ou une masse. Mettre la résine dans un sac de plastique pour éviter que les particules soient projetées tout autour. Entourer ce sac d’un linge épais, car il se brisera sous les impacts. Frapper avec le marteau. On peut aussi utiliser un mortier et un pilon.
    • Moudre le dammar produit beaucoup de poussière. Il est avisé de porter un masque et de travailler dehors. Note : après avoir moulu environ ¾ de livre de dammar, mon vieux moulin à café s’est brisé. Je crois que la poussière de dammar s’est infiltrée dans le mécanisme…
  5. Peser les ingrédients.
  6. Certains types de filtres doivent être renforcés avec du ruban de peintre.
  7. Préparer les récipients de plastique pour recevoir le liquide à filtrer. Afin qu’ils soient plus stables, fixer les filtres aux parois des récipients avec des pinces.
  8. Préparer le ou les moules.

Niveaux de température recommandés pour fabriquer l’encaustique neutre

Pour fabriquer de l’encaustique neutre, il faut faire fondre la cire et la résine dammar. Comme cette dernière a un point de fusion plus élevé que la cire ou que l’encaustique, le niveau de température doit être un peu plus élevé que pour peindre à l’encaustique. Voici les recommandations de quelques spécialistes :

R&F Encaustic : (R&F Handmade Paints. Date de consultation : 2014.07, traduction L. N.)
  • Cire d’abeille
    • Température de fusion : 144° — 150 °F (62.2° — 65.5 °C).
    • Température sécuritaire de travail : 170° — 190 °F (76.6° — 87.7 °C).
  • Encaustique neutre
    • Température de fusion : 158° — 166 °F (70° — 74.4 °C)
    • Température sécuritaire de travail : 180° — 200 °F (82.2° — 93.3 °C).
  • Résine dammar
    • Température de fusion : 220 °F (104.4 °C).
    • Température sécuritaire de travail : ne s’applique pas, car la résine est uniquement utilisée ici pour durcir la cire.
Lissa Rankin : « La température optimale pour la préparation de l’encaustique neutre est de 180 °F (82.2 °C). Résistez à la tentation d’élever la température pour faire fondre votre encaustique neutre plus rapidement. Une température plus élevée peut brûler l’encaustique, et émettre de l’aldéhyde toxique et des fumées acroléines dans l’air. Trop de chaleur peut aussi fragiliser la structure chimique de la cire et foncer significativement l’encaustique. Une température stable et relativement basse est la clé pour obtenir une encaustique claire et pâle. » (2010, p. 32, traduction L. N.).

Joanne Mattera : « La cire fond à 150 °F (65.5 °C), mais vous aurez besoin d’une température de 225 °F (107.2 °C) pour que la résine dammar fonde. » (2001. P. 95, traduction L. N.).

Méthode

  1. Faire fondre suffisamment de cire pour couvrir le fond de la poêle, environ la moitié de la cire d’abeille. En effet, pour le filtrage, il sera plus facile de manipuler une quantité réduite de liquide chaud. S’assurer également de mettre le couvercle pour conserver la chaleur. Ne pas oublier que chaque outil (poêle électrique, Crock Pot) est différent et que la température indiquée par le thermostat doit être préalablement vérifiée à l’aide d’un thermomètre. La température recommandée se situe entre 62.2° et 65.5 °C (144° — 150 °F).
  2. Ajouter toute la résine et l’étendre sur la cire. La résine en poudre est très volatile, lorsque l’on travaille sous une hotte, éteindre celle-ci au moment d’ajouter le dammar.
  3. Faire fondre complètement en mettant le couvercle pour conserver la chaleur. Ne pas surchauffer! La température recommandée se situe entre 82.2° et 107.2 °C (180° — 225 °F)
  4. Une fois fondue, la résine forme dans le fond de la poêle une matière collante qui n’est pas mélangée à la cire. Avant de filtrer, remuer avec une spatule de silicone jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  5. Filtrer. Avec la spatule, récupérer la matière qui reste dans le fond et sur les bords de la poêle.
  6. Essuyer soigneusement la poêle et la spatule pour retirer les particules (morceaux d’écorce, saletés) restantes au fond du plat ou sur la spatule. Ce travail est plus facile lorsque ces ustensiles sont chauds.
  7. Remettre le liquide filtré dans la poêle.
  8. Ajouter le reste de la cire et la faire fondre.
  9. Mélanger la cire, la filtrer à nouveau en utilisant un filtre neuf et un récipient propre, la verser immédiatement dans le ou les moules choisis, et la laisser solidifier.

Démoulage

  • Certains artistes utilisent des moules à muffins en métal qu’il est nécessaire de mettre au congélateur pour le démoulage. D’autres utilisent des moules en silicone qui se démoulent facilement.
  • Si l’on utilise un seul grand moule, lorsque l’encaustique est à demi figée, tracer des lignes avec un couteau pour faciliter la séparation des morceaux lorsqu’elle aura durci.
  • Attendre que l’encaustique soit complètement figée pour la démouler.
  • Si l’on a choisi un grand moule, casser l’encaustique préalablement coupée en morceaux.
  • Attendre qu’elle soit complètement refroidie pour l’empaqueter (plusieurs heures).
  • Si pour démouler l’encaustique on a mis le moule au congélateur, à cause de la condensation qui pourrait se former sur l’encaustique au sortir du congélateur, attendre qu’elle soit revenue à la température de la pièce et complètement sèche avant de l’empaqueter.
  • Vérifier s’il reste des impuretés au fond des morceaux d’encaustique et si c’est le cas, les retirer en grattant avec un couteau.
  • Pour empaqueter, choisir un contenant sur lequel l’encaustique ne collera pas. Éviter le carton ou le papier, sauf le papier parchemin. Indiquer la date et les proportions utilisées afin de s’y référer au besoin.

Conservation

L’encaustique se conserve indéfiniment aux températures que l’on rencontre habituellement dans les résidences et ateliers.
« La peinture encaustique et l’encaustique neutre ne jaunissent pas. Toutefois, la cire est photoréactive, alors l’encaustique neutre entreposée dans un endroit sombre deviendra légèrement plus foncée. Lorsqu’elle sera réexposée à la lumière, elle blanchira. » (R&F Handmade Paints. Date de consultation : 2014.7, traduction L. N.).

Vidéo (en anglais)

Il y a beaucoup d’informations concernant l’encaustique sur Internet. Cette information n’est pas toujours juste. Il est important de faire ses recherches personnelles et de vérifier auprès de personnes fiables.

Pour les personnes qui voudraient observer la fabrication d’encaustique neutre, la vidéo qui semble la plus intéressante et la mieux conçue à ce jour est celle de Jon Peters. Date de consultation : 2014.07).

Sa méthode, qui consiste à faire fondre le dammar dans une petite quantité de cire pour ensuite filtrer ce mélange et y ajouter le reste de la cire, est celle utilisée pour ce texte. Quelques variantes ont cependant été faites :
  • Jon Peters utilise un ratio 8:1, c’est à dire 8 parties de cire pour 1 partie de résine alors que le ratio utilisé dans ce texte est celui de R&F : 9:2.
  • Il mesure les ingrédients à l’aide du système impérial alors que je préfère le système métrique.
  • Il brise grossièrement les cristaux de résine et remue le mélange durant leur fonte alors que je suggère de les laisser fondre tranquillement et de ne remuer qu’à la fin de la fonte, juste avant de filtrer le mélange.
  • Il verse l’encaustique dans des moules à muffins, alors qu’ici, une tôle à biscuits a été choisie.
Le gros bloc de cire ocre à gauche de Jon Peters est de la cire d’abeille non filtrée. Jon Peters n’utilise plus d’aussi gros blocs de cire.
Dans la seconde partie de sa vidéo, il montre comment faire de l’encaustique colorée à l’aide d’encaustique neutre et de peinture à l’huile. Sa méthode m’apparaît adéquate.

Références bibliographiques

Mattera, Joanne. 2001. The Art of Encaustic Painting: Contemporary Expression in the Ancien Medium of Pigmented Wax. Watson-Guptill Publications, New York, 144 pp.

Peters, Jon. 2012. Encaustic Workshop Part One: How to Make Encaustic Medium and Color.

Rankin, Lisa. 2010. Encaustic Art. The Complete Guide to Creating Fine Art with Wax. Watson-Guptill Publications, New York, 240 pp.

Seggebruch, Patricia Baldwin. 2009. Encaustic Workshop: Artistic Techniques for Working with Wax. North Light Books, Cincinnati, Ohio, 127 pp.

Woolf, Daniella. 2010. Encaustic with a Textile Sensibility. Waxi Buildup Press, Santa Cruz, California, 108 pp.